Une vie de rêve… oui, mais laquelle?

Tout le monde veut une vie de rêve. Mais qui d'entre nous prend le temps de l'imaginer avec précision ? Cet article a pour but de questionner notre capacité à nous projeter dans nos rêves.

Si j’interroge les gens dans la rue et que je leur demande « Est-ce que vous aimeriez avoir une vie de rêve ? », il y a des chances que 9 personnes sur 10 me répondent : « OUI, bien sûr ! Qui refuserait une vie de rêve ? ».

Si je leur demande ensuite « Mais, au fait, c’est quoi ton rêve ? », il est probable que certains d’entre eux aient du mal à répondre.

Sans doute, certains se raccrocheront à des IMAGES d’une vie de rêve, comme vivre sous les palmiers, se dorloter au soleil avec un petit apéro. Mais ont-ils testé ce mode de vie à long terme ? Leur procurera-t-il le sentiment de s’accomplir et la sensation d’être profondément vivant ?

Petite pause à deux pas de la plage de Monsul, Cabo de Gata (2019)

Personnellement, la première fois qu’on m’a posé la question « C’est quoi ton rêve ? », je me suis retrouvé devant un GRAND BLANC. Et j’étais presque vexé qu’on vienne me perturber avec cette interpellation existentielle 🙂

Parce que, jusque là, je vivais, non pas malheureux, mais totalement INCONSCIENT. Mes choix de vie, de travail, de hobby, de relation, étaient dictés non pas par des aspirations conscientes, mais par les aléas de l’existence : mon éducation, mon voisinage, les opportunités qui s’étaient présentées sur ma route et les limites de mes programmes inconscients.

Et vous voulez que je vous dise ? Cela m’a demandé plusieurs années de dessiner ce que je souhaitais vivre (dans les grandes lignes).

Cela m’a demandé de MIEUX ME CONNAÎTRE.

Cela m’a demandé de me poser les questions suivantes :

  • Qu’est-ce qui me rend heureux ?
  • Quels sont mes souvenirs de moments de bonheur intense ?
  • Et quels étaient les ingrédients de ce bonheur ?
  • Qu’est-ce qui me donne le sentiment de m’accomplir ?
  • Qu’est-ce qui me donne le sentiment de vivre ma vie ?
  • Et qu’est-ce qui, au contraire, m’alourdit, me rebute, me donne le sentiment de nager à contre-courant ou de passer à côté de ma vie ?
  • Dans quels types de moments suis-je au mieux de mon être ?
  • Qu’est-ce qui me rend rayonnant ?
  • Qu’est-ce que je fais efficacement, facilement et avec plaisir ?
  • Où suis-je à ma place ?

En ce qui me concerne, je me sens au mieux au cœur de la NATURE, douce et sauvage, et particulièrement lorsque je partage cette immersion avec quelques humains en recherche de convivialité, de plénitude et de sagesse. Marcher dans la nature, marcher encore, me sentir capable de tout, et tellement petit sous les étoiles, observer l’humeur du ciel, me laisser inviter par l’ombre d’un arbre, sentir la présence de l’océan. Et vivre cela, surtout, avec d’autres âmes. Parfois des inconnus, qui partagent mes voyages et qui soudain deviennent si proches. Avec un désir commun. Ce désir de s’élever. Ce désir de chercher en soi. Ce désir de grandir en amour et en vie. Ce désir de surmonter nos blessures et nos crispations, nos peurs et nos assurances, et de laisser gagner la VIE. Ce désir de croître en intelligence émotionnelle et spirituelle. Cette soif d’essentiel. Voilà ce qui m’anime.

La Isleta del Moro – lors de la Marche des héros (2019)

Mon fils, lui, c’est sous l’eau qu’il trouve des sensations de vie.

Ma femme, c’est dans l’écriture.

Ce qui compte, c’est d’entendre l’appel. Ce qui compte, c’est de suivre cette VOIX qui nous indique la VOIE. Écouter le poète en soi. Le chant intérieur.

Je vous reparlerai du « poète », qui constitue un des quatre héros intérieurs d’un modèle que j’aime beaucoup (celui de Xavier Van Dieren) et que je vous commenterai prochainement.

Le poète, c’est celui qui chante ses émotions et ses aspirations. Le poète, c’est celui qui vit les choses dans sa tête et dans son cœur. Celui qui vit les choses avant de les vivre et, de ce fait, convoque une réalité. IMAGINER, ESPÉRER, RÊVER, INSPIRER, CHANTER son désir… voilà les capacités du poète.

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, rêver n’est pas une tâche facile.

RÊVER demande de la CONFIANCE (car il est difficile de se projeter dans une réalité à laquelle nous ne croyons pas).

RÊVER demande un ENTHOUSIASME (littéralement, en grec ancien, « enthousiasme » signifie « être animé par Dieu »).

RÊVER demande de l’IMAGINATION (c’est-à-dire la capacité d’inventer notre histoire dans le détail)

Et au cours de la la Marche des héros, en octobre prochain, nous stimulerons le poète en vous.

La nature va vous inspirer, vous verrez.

Mais aussi la force des questions.

Par exemple :

  • Quels films provoquent chez vous une très forte émotion ? Quelles scènes de ces films, en particulier, vous bouleversent ? Et pourquoi ? Que révèlent-elles à propos de votre mission de vie ?
  • Quels étaient vos rêves d’enfant ? Agrippez-les ! Ils ne se sont peut-être pas encore tout à fait évaporés. Cherchez bien derrière les nappes épaisses de nos refoulements !
  • Quand avez-vous entendu l’appel du héros ? Quel désir est revenu à répétition ? Même si, chaque fois, vous l’avez écarté, le jugeant inatteignable ou déraisonnable.
  • Qui admirez-vous ? Quel type de héros ? Quand vous êtes-vous projetés, ne serait-ce qu’à travers la vie de quelqu’un d’autre ? Et saviez-vous qu’on admire qui on désire être ? « Ad-mirer » signifie « regarder vers ». Ce que nous admirons nous montre la direction.

Voilà, très bien, je vois que vous entrouvrez la porte d’une vie héroïque. Une vie de rêve au sens qu’elle VOUS correspond. VOTRE vie ! Celle dont vous n’aimeriez pas dire que vous regrettez de ne pas l’avoir essayée.

Cependant, le poète n’est qu’un des archétypes de la vie héroïque. Et comme vous pouvez vous en douter, il est totalement insuffisant. Rêver n’est que l’amorce d’un processus que nous allons devoir ensuite transformer en réalité. Et pour cela, il nous faudra faire appel à d’autres archétypes héroïques. Autrement, nous resterions au stade de doux rêveurs 🙂

Le modèle des 4 héros intérieurs, inspiré du livre de Xavier Van Dieren

Si ces questionnements vous interpellent et que vous désirez les pousser beaucoup plus loin, rejoignez donc la Marche des héros !

Au retour de votre voyage, vous aurez pris le temps de rêver. Et le rêve que vous aurez ébauché aura pour vocation de devenir réalité.

La traversée du parc de Cabo de Gata (2019)

Entre-temps, en commentaires, il me plairait de vous lire. J’ai d’ailleurs encore une question pour vous. Une seule question : pourquoi faites-vous ce que vous faites ? Prenez donc une photo mentale de votre vie actuelle et laissez infuser cette question : pourquoi et pour quoi je mène cette vie-là plutôt qu’une autre ? Est-ce que j’ai choisi ? Qu’est-ce qui m’a amené là où je suis dans cet océan de possibles ?

Je vous invite à partager vos réflexions… MERCI 🙂

Ou pas… l’essentiel, c’est ce qui chemine en vous.

  • Explorez nos thématiques!

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    A découvrir aussi

    Une vie de rêve… oui, mais laquelle?

    Tout le monde veut une vie de rêve. Mais qui d’entre nous prend le temps de l’imaginer avec précision ? Cet article a pour but de questionner notre capacité à nous projeter dans nos rêves.

    Alors, on la fait cette rando?

    Ecrire les premières lignes de ce blog me donne le sentiment d’enfiler mes chaussures et d’emprunter un sentier au petit matin. Sans idée trop précise de vers où nous allons. Mais avec une frémissante sensation d’être sur notre chemin.